Un froid de canard. Mais qu’est-ce qui arrive aux grenouilles? - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : mesures préventives, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Un froid de canard. Mais qu’est-ce qui arrive aux grenouilles?

3 mars 2015


Les canards et plusieurs autres espèces d’oiseaux s’envolent vers le Sud, certains mammifères comme l’ours noir s’endorment alors que d’autres font des réserves de nourriture et passent l’hiver bien confortablement installé dans leur hutte comme le castor. Mais que deviennent les grenouilles et les autres amphibiens du parc pendant le long et rigoureux hiver valinois? Voyons voir.

Se protéger du froid

Le crapaud d’Amérique doit s’enfouir à l’approche de l’hiver puisqu’une exposition au gel lui est fatale. À l’aide des petites écailles dures dont sont munies ses pattes arrière, le crapaud creuse le sol en position assise pour s’enfoncer à une profondeur de 1 m ou plus, soit suffisamment pour se soustraire au gel. La Rainette crucifère et la Grenouille des bois s’enfouissent quant à elles dans la litière ou sous une pierre pour hiberner.

Dompter la glace

Pour un être vivant, la congélation comporte des dangers extrêmement sérieux. En gelant, les liquides contenus dans les cellules du corps forment des petits cristaux pointus qui peuvent déchirer la membrane de la cellule, son enveloppe. Tout le contenu de la cellule s’échappe alors. La cellule meurt, et cela peut entraîner la mort de l’animal. Malgré tout, certains animaux ont adopté la congélation comme moyen de survivre à l’hiver. Ces techniques ont d’ailleurs inspiré de nombreuses recherches médicales sur la conservation d’organes.

Se laisser congeler pour survivre

La grenouille des bois passe l’hiver sous un tas de feuilles mortes ou sous une pierre. Pour survivre, elle doit conserver sous forme liquide le contenu de ses cellules. Par contre, elle a la capacité de survivre à la congélation de 65 % des liquides corporels à l’extérieur de ses cellules. Une grenouille ainsi gelée ne présente plus aucun signe de vie. Son cœur ne bat plus et la circulation sanguine est interrompue. Seule subsiste alors une infime activité dans son cerveau.

Figure 1 Grenouille des bois

Comment faire?

Pour éviter les dommages, la congélation des liquides à l’extérieur des cellules doit être lente. Des petits cristaux, souvent des protéines du sang, sont produits durant l’automne. Autour de ces protéines, la cristallisation commence dès que la température est inférieure à 2 °C. Pour que ces cristaux demeurent petits, d’autres protéines les empêchent de se lier à d’autres cristaux. En plus, un agent protecteur contre le gel, un sucre, le glucose, est produit en quantité importante dans le sang de la grenouille à la fin de l’automne. Le glucose retient l’eau dans la cellule et abaisse son point de congélation. Le taux de glucose d’une grenouille des bois peut alors atteindre 45 grammes par litre de sang alors que le taux sanguin chez l’humain est de 0,5 à 1 gramme par litre de sang!

Lors de votre prochaine sortie en plein air, penser apporter un chocolat chaud bien sucré, en vous rappelant que la grenouille des bois utilise le sucre pour survivre aux rigueurs de l’hiver.


Claude Pelletier est responsable du service de la conservation et de l’éducation au parc national des Monts-Valin. pelletier.claude@sepaq.com

Photos: Mathieu Dupuis, Mathieu Charland et Stéphane Poulin.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire