Les «Sentinelles de la falaise» à la rescousse! - Blogue de conservation - Parcs Québec - Sépaq

COVID-19 : mesures préventives, guide du visiteur, ainsi qu'activités et services offerts


Vous avez des questions? Consultez les réponses aux questions fréquemment posées par nos clients.

Blogue de conservation

Les «Sentinelles de la falaise» à la rescousse!

19 février 2013


Un projet majeur de reboisement a été lancé en 2012 au parc national de Miguasha, afin de lutter contre l’érosion accélérée de la falaise fossilifère et d’en assurer la pérennité. Et ce sont des « Sentinelles » de tout âge qui ont mené la première charge de ce projet, dans un effort collectif de protection du milieu naturel dont le parc gardera la trace pour longtemps.

L’érosion : bénéfice et maléfice pour un fossile

Dans la « vie » d’un fossile, l’érosion est un processus crucial. C’est par ce phénomène qu’un fossile est habituellement réexposé à l’air libre, après des millions, voire des milliards d’années d’enfouissement et qu’il peut éventuellement être découvert. Mais surtout, c’est l’érosion qui, initialement, a bien souvent fourni les particules sédimentaires permettant à la base la fossilisation d’un organisme.

Il en va ainsi des fossiles de Miguasha : c’est l’érosion des jeunes Appalaches, nouvellement formées au Dévonien il y a 380 millions d’années, qui a fourni des volumes importants de sédiments qui étaient entraînés par les rigoles, ruisseaux et torrents qui dévalaient les pentes montagneuses. Ces sables et ces boues venaient se déposer dans le lit d’un vaste estuaire qui occupait l’emplacement actuel de la Pointe de Miguasha, où se trouve le parc, emprisonnant par le fait même les plantes, invertébrés et poissons qui y vivaient et qui s’y sont fossilisés.

Ces sédiments et fossiles sont aujourd’hui retrouvés dans la Formation d’Escuminac, formation géologique exposée dans la falaise du parc national de Miguasha. Mais les sédiments qui ont été « donnés » à Miguasha il y a 380 millions d’années sont aujourd’hui repris par la nature. Un prêt à très long terme arrivé à échéance en quelque sorte!

Une falaise au cœur de la tourmente

La falaise rocheuse du parc, composée d’une alternance de couches de conglomérats, de grès et d’argilites, semble en apparence solide. Pourtant, elle est soumise à une érosion rapide. Sa base s’érode par l’action des vagues et des marées. Son sommet, lui, est affecté de façon importante par le ruissellement et l’infiltration des eaux de surface et par la gélifraction, soit la fracturation des roches soumises à des variations de température. Ces phénomènes prennent de l’ampleur avec les redoux hivernaux plus fréquents ces dernières années, ce qui accélère la dégradation et le recul de la falaise.

L’érosion soutenue de la Formation d’Escuminac et l’effondrement de pans de falaise viennent compromettre la mission de conservation du parc. En effet, cela favorise la perte ou le bris de spécimens fossiles tout en réduisant la quantité d’information accessible sur les spécimens qui sont retrouvés. En effet, le contexte sédimentaire étant souvent aussi important que le spécimen lui-même, certaines informations précieuses, tels l’orientation du spécimen ou le numéro du lit duquel il provient, sont perdues avec la chute d’un fossile.

Un projet majeur de reboisement

Bien que le processus d’érosion au parc national de Miguasha soit inéluctable, il peut être freiné par la mise en place de mesures de protection. Ainsi, l’érosion du haut de la falaise par ruissellement et gélifraction peut être réduite par l’établissement et le maintien d’une large bande végétale développant un vaste réseau racinaire. Le territoire du parc, bordant l’estuaire de la Ristigouche, est boisé en majeure partie. Par contre, la portion du parc située entre le musée d’histoire naturelle et son stationnement et l’estuaire représente la zone la plus à risque d’érosion. En effet, seule une mince bande arborescente s’élève encore en bordure de falaise.

À moyen terme, l’érosion accélérée de cette portion du parc menace non seulement la Formation d’Escuminac et ses fossiles, mais également le territoire même du parc et ses infrastructures. Un projet majeur de reboisement de cette zone a donc été lancé, dont la première phase a été rendue possible grâce à l’implication de la communauté. Ainsi, le 10 juin 2012, dans le cadre de la Journée des parcs nationaux du Québec, la population a été invitée à venir planter un arbre en bordure de falaise. Petits et grands ont répondu à l’appel et leur participation a contribué à couvrir d’arbres une portion située près du musée d’histoire naturelle. Les arbres plantés (appartenant tous à des espèces indigènes au parc tels l’épinette blanche, le thuya occidental et l’érable à sucre) deviendront de véritables « gardes-falaise », protégeant la Formation d’Escuminac en retardant la dégradation de ladite falaise.

Lors de l’activité, chaque participant ayant mis en terre un arbre était invité à remplir une fiche avec ses coordonnées, faisant de lui une « Sentinelle de la falaise ». Ainsi, l’équipe du parc sera en mesure d’effectuer un suivi annuel permettant à chaque « Sentinelle » de savoir où en est rendu le projet de reboisement du parc national de Miguasha et comment se porte son arbre. À l’été 2013, une plaque commémorative sera installée afin de souligner la contribution de chaque participant aux efforts de reboisement du parc national de Miguasha.

Conclusion

L’érosion côtière est une problématique en augmentation dans le Québec maritime et le parc national de Miguasha n’est pas épargné. Dans le futur, plusieurs mesures seront mises en place afin de suivre et de freiner cette tendance sur le territoire du parc. Parmi celles-ci, d’autres phases de reboisement seront déployées et feront appel à la population. De nouvelles familles participantes viendront ainsi grossir les rangs des « Sentinelles de la falaise de Miguasha »!


Olivier Matton, coresponsable du service de la conservation et de la recherche au parc national de Miguasha, matton.olivier@sepaq.com.

Photos : Olivier Matton, Mathieu Dupuis et Comité de promotion de Nouvelle.


Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire