COVID-19 : feu vert pour élargir progressivement notre offre. Détails


Le volume d'appels actuel occasionne des délais élevés d'attente au téléphone. Nous suggérons de consulter la foire aux questions et de réserver en ligne.

Nos meilleurs trucs pour l’observation de la faune

En collaboration avec le photographe Éric Deschamps.

La faune est vraiment d’une beauté inouïe. Les destinations de la Sépaq sont d’ailleurs des lieux d’exception pour admirer toute la richesse faunique de la province. Que vous soyez photographe amateur ou simple randonneur, une rencontre avec l’un des animaux emblématiques du Québec revêt toujours un caractère bien spécial.

L’excellent photographe Éric Deschamps est passé maître dans l’observation de la faune, notamment grâce à son habileté légendaire à se retrouver au bon endroit, au bon moment. C’est donc avec grande générosité qu’il nous partage les règles d’or à suivre afin de favoriser des rencontres avec les plus beaux spécimens animaliers de nos territoires naturels.

PO Bujold | © Sépaq

Le silence

Impossible de négliger le silence, autant au niveau de la voix que des mouvements. Le but est de marcher le plus calmement possible dans la forêt. Et pour moi, entrer en forêt est un peu comme entrer dans une cathédrale, c’est-à-dire faire preuve de respect et favoriser le silence.

Prendre le temps

Gardez l’œil ouvert et prenez le temps de bien regarder aux alentours. La faune est souvent plus près que vous ne le croyez! Il faut simplement rester attentif et prendre le temps de la regarder.

La persévérance

Même si la faune abonde, les belles observations ne se font pas à tout coup. Il faut parfois se montrer persévérant, encore et encore, et multiplier les sorties en nature pour tomber sur la perle rare.

La patience

Voici la clé! Parfois, il faut s’arrêter, écouter ce qui se passe aux alentours et se montrer patient. C’est la meilleure façon d’observer de belles bêtes sauvages. Parfois, un animal peut rester stationnaire pendant plus de 5 minutes. Il faut être patient et attendre qu’il bouge avant nous afin de l’observer dans toute sa splendeur.

Éric Deschamps | © Sépaq
Éric Deschamps | © Sépaq
Éric Deschamps | © Sépaq
Éric Deschamps | © Sépaq
+ 3 photos
Éric Deschamps | © Sépaq
Éric Deschamps | © Sépaq
Éric Deschamps | © Sépaq

Le contraste

Dans un monde idéal, il faut adapter sa tenue vestimentaire afin de contraster le moins possible avec l’environnement. Il faut donc privilégier des vêtements qui s’agencent bien avec la forêt et qui nous font passer inaperçu.

Les déplacements

Déplacez-vous à pas de tortue et optez pour des mouvements lents. Afin de ne pas effrayer les animaux, il ne faut pas bouger brusquement. Tentez de ne faire qu’un avec l’environnement et suivez son rythme.

Les jumelles

Je recommande fortement l’utilisation de jumelles en randonnée pédestre parce que parfois, celles-ci peuvent nous aider à déceler les mouvements plus discrets. Alors, si vous avez le moindre doute, regardez dans les jumelles et ajustez votre position pour pouvoir faire de meilleures observations.

L’odeur

Dernière règle d’usage : évitez les odeurs artificielles. Car pour faire l’observation de la faune, mieux vaut sentir le canard que le parfum!

Soyez informé

Inscrivez-vous aux courriels de la Sépaq et soyez le premier à connaître nos nouveautés, nos offres et nos promotions spéciales.

S'inscrire